#66 - Yomoni - La gestion passive optimisée

Sébastien d'Ornano, Président de Yomoni à Paris

Finscale

Piqué par l’entrepreneuriat après une carrière à la Financière de l’Echiquier, Sébastien nous présente Yomoni et nous explique comment la société de gestion a lancé et développé ses produits.

Nous revenons sur le concept de “robo-advisor”, mais également les enveloppes fiscales que la société de gestion a sélectionnées pour ses clients : PEA, Assurance-Vie ou PER et également la mise à disposition de compte-titre avec son teneur de compte Crédit Agricole.

Alors que les ETF représentent aux Etats-Unis une part prépondérante des investissements des ménages, ce n’est pas encore le cas en France. Mais l’offre ces dernières années s’est considérablement enrichie, donnant à Yomoni et l’ensemble des gérants de portefeuille un choix bien plus diversifié et notamment parmi les ETF labellisés "ESG". 

Nous faisons le point sur les différences fondamentales entre gestion sous mandat discrétionnaire, gestion “goal based”, libre ou pilotée.

Nous reprenons les critères de sélection de ces ETF, leur “Due Diligence” et comprenons comment le comité de gestion créé et réalloue les pondérations au sein des classes d’actifs.

Enfin, Sébastien revient sur le positionnement de Yomoni dans l’univers du Wealth Management et particulièrement suite à l’arrivée de nouveaux acteurs dans le trading et l’usage qu’en font ses clients jeunes investisseurs ou banquiers aguerris.

Yomoni en résumé :

  • Création en 2015 de Yomoni par Sébastien d’Ornano, Mourtaza Asad-Syed et Laurent Girard,

  • 450 millions d’EUR d’actifs sous gestion,

  • 30 000 mandats,

  • Short-list de 250 ETF (incluant les ETF “ESG”),

  • 10 à 12 réallocations par an dans les portefeuilles,

  • Ticket d’entrée min. de 1000 EUR,

  • Yomoni society : accompagnement patrimonial avec des conseillers,

  • Les investisseurs : Crédit Mutuel Arkéa, Weber investissement 👉 Read

Gestion passive vs gestion active*

En matière de gestion d’actifs, la différence fondamentale qui existe entre gestion active et gestion passive repose sur l’hypothèse d’efficience des marchés développée par Eugene Fama dans les années 70 (Efficient Capital Markets : a Review of Theory and Empirical Works). 

Mais de quoi s’agit-il ?

Un marché est efficient si les prix intègrent à tout moment toute l’information disponible. L’anticipation des prix est optimale. En conséquence, il n’est pas possible de “battre le marché”.

  • La gestion active a pour objectif de battre un indice de référence. Elle suppose que le marché est inefficient. Une partie de l’information disponible n’est pas incorporée dans le prix des actifs et il est possible d’en profiter pour générer de la performance. La gestion active est une gestion de convictions.

  • La gestion passive (aussi appelée gestion indicielle), en revanche, a pour objectif de répliquer fidèlement les performances d’un indice de référence. Sur un marché efficient, les actifs ne sont jamais sous-évalués ou surévalués. Le prix d'un actif est toujours égal à sa valeur théorique.

Partant de ce postulat, les ETF semblent donc la meilleure solution, d’autant plus qu’ils sont moins coûteux que les fonds à gestion active.

Les robo-advisors

Les robo-advisors sont des plateformes numériques qui fournissent des services de gestion financière automatisés et basés sur des algorithmes avec peu de supervision humaine. Le principe consiste à collecter des informations auprès des clients sur leur situation financière et leurs objectifs futurs, puis d’utiliser ces données pour offrir des conseils et investir automatiquement les actifs des clients.

Le premier robo-advisor a été lancé par Betterment en 2008 et a commencé à collecter en 2010, au plus fort de la crise financière. Son objectif initial était de rééquilibrer les actifs au sein des fonds à date cible. Aujourd’hui, Betterment gère 26,7 milliards d’USD pour 615 000 clients pour un portefeuille moyen d’environ 50 000 USD.

Les différentes typologies d’ETF *

Un ETF (Exchange Traded Fund ou '“tracker”) est un instrument financier qui suit un indice, un secteur, des commodities, mais qui peut être acheté ou vendu en bourse de la même manière qu'une action ordinaire.

Il existe plusieurs types d’ETF, parmi lesquels :

  • Les ETF sur indices de marché, qui répliquent la performance des indices actions (comme le CAC 40), des indices sectoriels (comme l’énergie, les banques) ou des indices d’obligations.

  • Les ETF sur indices de stratégie, qui reproduisent la performance des indices intégrant des stratégies d’investissement plus sophistiquées. Du fait de sa complexité, ce type d’ETF s’adresse aux investisseurs disposant de bonnes connaissances des marchés financiers.

  • Les ETF avec possibilité d’effet de levier (ou d’effet de levier inversé), qui multiplient, à la hausse comme à la baisse, les tendances de l’indice suivi. Vous pouvez ainsi multiplier vos gains comme subir de lourdes pertes.

  • Les ETF labellisés “ESG” désignent quant à eux l'ensemble des ETF répliquant des indices qui intègrent des critères extra-financiers ESG (Environnement, Social, Gouvernance) dans leur méthodologie de construction.

A noter :

  • En gestion indicielle, on distingue les ETF physiques et les ETF synthétiques. La réplication physique consiste à investir dans toutes les valeurs qui composent l’indice en fonction de la pondération de chaque valeur dans l’indice. La réplication synthétique d’un indice consiste quant à elle à répliquer uniquement la performance de l’indice et non sa composition. Plus de détails 👉 ici

  • Le fonds indiciel se distingue de l’ETF. La philosophie d’investissement reste la même mais ces fonds ne sont pas côtés et donc souscrits et remboursés à la Valeur Nette d’Inventaire (VNI).

Parmi les principaux émetteurs d’ETF, nous retrouvons iShares, Amundi, Invesco, MSCI ou encore Charles Schwab.

* Sources : Autorité des Marchés Financiers, Moneystore

Pour approfondir cet épisode :

  • Robo-advisors With the Most Assets Under Management in 2021 👉 Read

  • Tout savoir sur les ETF 👉 Read

  • Les Meilleurs Robo Advisors pour 2021 👉 Read

  • La classification SFDR : Articles 6, 8 et 9 👉 Read

Pour finir…

On repart avec un livre à lire : 

Contacts

Yomonisite / LinkedIn.

Sébastien d'Ornano : LinkedIn.

Bonne écoute à tous !


Liens vers l’épisode

Site Finscale

Plateformes
Apple podcast
Spotify
Deezer


Partages de la semaine

  • 🗞 Banks and non-bank lenders: Adoption of “Lending as a Service” (LaaS). Le LaaS se développe à toute vitesse. Les dépenses d'acquisition, de décision d’octroi et de gestion des prêts permettent de réduire jusqu'à 80% des dépenses induites grâce à ces solutions. La taille du marché devrait atteindre 5,58 milliards d’USD en 2024. 👉 Read

  • 🗞 "Suppressing Meetings: Alan’s Antidote to ‘meetingitis’”. Je vous avais recommandé en décembre dernier le livre de Jean-Charles Samuelian-Werve (Healthy Business), à contre courant de tout ce que j’ai vu et lu en matière de gestion des Ressources Humaines en entreprise. L’un des points que je retiens concerne le remplacement des réunions inutiles dans le processus de nombreuses prises de décision. De manière pratique, comment est-ce possible : tout est écrit dans cet article. 👉 Read